censure

Chine : Rumeur, 500 retweets tu meurs !

C'est un nouveau coup porté contre les internautes chinois. Le dispositif de mesures présenté ce lundi par les plus hautes instances judiciaires chinoises est officiellement destiné à lutter contre la diffusion de « rumeurs » sur internet. Certains craignent surtout qu’il soit un moyen  de bâillonner les réseaux sociaux. Les « calomniateurs » comme les appellent les médias officiels, seront en effet désormais passibles d’amendes et même de trois ans de détention, si une « fausse information » postée sur le web est rediffusée plus de 500 fois.

 
 

Chine : Ai Weiwei lance le premier single de sa « Divine comédie »

La détention arbitraire et la mise au secret des opposants en Chine, voilà l'objet de ce premier single du plasticien chinois le plus connu à l’étranger. On en attendait pas moins de la part du poil à gratter du régime chinois, le titre de ce nouveau clip ("Dumbass") est aussi anticonformiste que son sujet. « Crétin », « idiot », débile » traduisez comme vous voulez... Ai Weiwei chante ici les 81 jours qu'il a passé dans une prison secrète au lendemain des révolutions arabes. Un single en attendant la rédemption, et le futur album « The Divine Comedy »

Wu Si : « 80 % de nos sujets sont refusés par le bureau de la censure. »

 

Dans le cadre du reportage consacré à la fronde des journalistes en Chine, diffusé jeudi 7 février sur la radio mondiale, nous ouvrons cette semaine le blog aux confrères chinois. Un mois après la grève des rédacteurs du Nanfang Zhoumo, quel est l’état d’esprit d’une profession confrontée à la fois aux mutations de l’ère internet et à la propagande toujours omniprésente dans un pays en pleine transition. La censure du numéro spécial de fin d’année du grand hebdomadaire de Canton a été la goutte d’eau qui a fait déborder l’encrier. Un acte vécu par les rédactions comme une véritable humiliation dans la Chine du ½ milliard d’internautes. Bonjour Wu Si…

#Nanfang Big Bang 4 / Wu Si / Photo SL
  

Cheng Yizhong : « En Chine, certains officiels considèrent encore les journalistes comme des ennemis. »

Dans le cadre d'un reportage consacré à la fronde des journalistes en Chine, diffusé jeudi 7 février sur la radio mondiale, nous ouvrons cette semaine le blog aux confrères chinois. Un mois après la grève des rédacteurs du Nanfang Zhoumo, quel est l’état d’esprit d’une profession confrontée à la fois aux mutations de l’ère internet et à la propagande toujours omniprésente dans un pays en pleine transition. La censure du numéro spécial de fin d’année du grand hebdomadaire de Canton a été la goutte d’eau qui a fait déborder l’encrier. Un acte vécu par les rédactions comme une véritable humiliation dans la Chine du ½ milliard d’internautes. Bonjour Cheng Yizhong…

Nanfang Big Bang 3 / Cheng Yizhong / Photo SL
 

En Chine, des personnalités anti-censure invitées à « boire le thé »

 

Une star Taïwanaise a disparu en Chine. Annie Yi n’a pas donné de nouvelles depuis jeudi après-midi. L’actrice qui vit à Pékin a envoyé un message sur internet indiquant qu’elle était invitée à « boire le thé » par les agents de la sécurité publique. Comme d’autres, elle a soutenu les journalistes du Nanfang Zhoumo en grève contre la censure au début de la semaine. Depuis elle est injoignable

 

 

Lou Ye absent du générique pour son retour sur les écrans chinois

Voilà neuf ans que les cinéphiles chinois trépignaient d’impatience. Le nouveau film de Lou Ye est à l’affiche ce vendredi à Pékin. Sélectionné dans la catégorie « un certain regard » à Cannes, « Mystery » signe le retour officiel de Lou Ye en Chine. Son dernier film présenté sur les écrans chinois remonte à 2003. Cette fois « Mystery » a obtenu l’aval du bureau du cinéma, ce qui n’a pas  empêché les censeurs d'éxiger des coupes sur certaines scènes. Fâché, le réalisateur a supprimé son nom du générique 

 
 
 
 
 

Pornographie

Il y a des mots qui font cliquer, celui-ci a déclenché une tornade d’images sur la toile en Chine. Des internautes photographes chinois ont en effet décidé de dénuder le système

Tais-toi et « like » !

Ils sont venus, ils sont tous là ! Jack Ma le patron d’Alibaba, Robin Li pour Baidu et Charles Chao de Sina.com étaient ce week-end à la table du Ministère de la propagande. Une question au menu : Comment continuer à faire « liker » les internautes chinois ?

 

Beijing blues pour les confrères chinois

« En Chine on ne manifeste pas dans la rue, on va plutôt boire un verre ». Ces propos pour le moins révolutionnaires sont de l’un des rédacteurs du Beijing News avec qui nous avons justement pris un verre