La Chine déplace les montagnes pour construire une mégalopole du désert

  La Chine est un chantier permanent et la boulimie des pelleteuses est loin de s’arrêter aux plaines. La croissance chinoise est à ce prix ! Pour construire les nouveaux territoires urbains, moteurs de la croissance chinoise, les promoteurs sont prêts à raser les montagnes. 700 sommets de terre ocre doivent ainsi être décapités au nord-est de Lanzhou, la capitale du Gansu (ouest). Objectif : Construire une nouvelle mégalopole en plein désert

 

Le fondateur du groupe Taipingyang (Pacific Construction Group) est connu pour sa folie des grandeurs, cette fois « cela dépasse tout ce qu’on a réalisé » confie avec un large sourire l’un des responsables du groupe qui nous conduit sur ce chantier digne des travaux d’Hercules. Sur le papier, il s’agit rien de moins que de construire une « Venise du désert ». Sur le terrain, c’est un ballet incessant de camions transportant les montagnes (cf. vidéo ci-dessus et diaporama ci-dessous de notre voyage dans les terres jaunes du Gansu).

Travaux d'Hercule 

 

Perchés sur les monts chauves de Lanzhou, à près de 1960 m d'altitude, 600 engins sont à l’œuvre. 4, 85 km2 doivent être aplaties dans un premier temps. La nouvelle ville de Baidaoping devant atteindre au final une superficie de 25 km2, quand les anciens villages auront déménagé
 
Photo SL / Parmi les futurs déplacés, le Tom Novembre du Gansu
 

Urbanisation à marche forcée

Ces travaux d’Hercules s’inscrivent dans un contexte d’urbanisation accéléré, moteur de la croissance chinoise. Le gouvernement central en a fait sa priorité, comme en témoigne l’autre projet titanesque déjà réalisé par le groupe Taipingyang près de l’aéroport de Lanzhou. Cette fois il s’agit d’une « Nouvelle Zone » qui a été classée zone de développement nationale l’été dernier.
 

Photo SL / Les avenues désertes de la "Nouvelle Zone" de Lanzhou
 

2 x 5 voies 

C’est aussi de fait une nouvelle ville, mais pour l’instant encore fantôme. « Le nouvel Ordos de l’Ouest » disent déjà les mauvaises langues. C’est vrai qu’on est loin des bouchons de Lanzhou et ses plus de 2,5 millions d’habitants. La Nouvelle Zone est traversée par des deux fois cinq voies, pour l’instant dépourvues de… voitures ! 
 
 

Las Vegas sans casino

Malgré les critiques, les pelleteuses du Pacific Group continuent de creuser. « Nous sommes les plus rapides de Chine confieencore l’un des responsables du projet. Nous avons nos propres équipes, et généralement nous terminons les chantiers en moins de temps qu’annoncé ». Pour aller encore plus vite, le groupe avance l’argent des travaux. Aux collectivités de rembourser une fois que ce nouveau Las Vegas sera livré : 35 % la première année, 30 % la suivante, 20 % l’année d’après et ainsi de suite. 
 
Photo SL

Nouveaux pharaons chinois

Ce jeudi 21 février, les ouvriers ont posé la première pierre de la nouvelle ligne de chemin de fer qui doit relier la Nouvelle Zone au district de Majiaping dans le nord de la province du Gansu.
Pour l’instant seuls le constructeur automobile Jili et le fabricant d’engins de chantier Sanyi sont venus s’y installer. Vu le poids financiers du projet, certains hauts fonctionnaires de la région ont dû transpirer. Mais les autorités se veulent rassurantes, 63 projets d’implantations seraient proches d’êtres signés : Les pétroles de Lanzhou, la bière Qingdao et le fabricant d’ascenseurs Eastern Elevators entre autres.

 

Pour en savoir plus sur ces nouveaux pharaons chinois du BTP, nous vous invitons à venir visiter le chantier de la nouvelle ville de Baidaoping mercredi 27 février prochain. Un voyage sonore sur l’antenne de Radio France Internationale : Grand Reportage auprès des habitants des villages déplacés, avec les responsables du groupe Taipingyang et des militants écologistes inquiets pour l’environnement.
  
 
►A lire le Monde du 13 février 2013 et le reportage de Brice Pedroletti avec qui nous avons voyagé dans le Gansu 
 
►A lire un dossier consacré au sujet sur le site du Guardian 
 
►A lire sur ce blog, la folie des grandeurs et de la vitesse du BTP chinois  
 
 
Follow Stéphane Lagarde on Twitter : www.twitter.com@StephaneLagarde

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 
 
 
 
 

 

1 Comments

Au moins là il n'y a pas des milliers de morts comme quand Mao réalisait ses grands travaux. Je me demande seulement quel impact une telle transformation aura sur l'écosytème de la région...
Mais en même temps, les américains ont bien construit Las Vegas, et les brésiliens Brasília