Scarborough, la guerre des drapeaux

 

Face aux "provocations de la Chine", de nouvelles manifestations sont prévues devant l’ambassade de Chine à Manille ce vendredi. Pékin a pris les devants et demandé à ses ressortissants aux Philippines de rester à la maison. Depuis un mois, la tension autour des eaux poissonneuses et riches en hydrocarbures du récif de Scarborough va grandissante. Les nationalistes bombent le torse sur internet… 

 
 
 
 
 
 
  

 

 

Après avoir soufflé sur les braises, difficile d’éteindre les flammes. Les médias d'Etat chinois juraient jeudi que l’Armée Populaire de Libération était prête à en découdre avec le « fauteur de trouble ».  Ils sont aujourd'hui redescendus d'un ton. Le Global Times encourage ainsi ce vendredi à « garder la tête froide » et la diplomatie chinoise prône la reprise du dialogue.
 

« Les Philippines appartiennent à la Chine »

Trop tard ! Depuis que Pékin a rejeté la demande de médiation internationale proposée par Manille -AFP-, les tours operators chinois n’envoient plus leurs clients sur les plages de Boracay, de Cebu et Palawa, et l'internet s'enflamme !
 
Cela donne ces images de manifestants philippins brûlant des drapeaux chinois -Reuters.-  Cela donne aussi des démonstrations de patriotisme parfois surprenante, telle que ce planté de drapeau sur un récif contesté par un  journaliste d'une télévision de Shanghai -cf.plus bas-. Cela donne enfin cette guéguerre des pirates informatiques qui n'hésitent pas à dérouler les couleurs nationales sur les sites adverses.
 
Avec de sérieux dérapages :  La présentatrice de CCTV (la télévision centrale de Chine) a ainsi commis une grosse boulette lundi soir. La vidéo ci-dessous a été supprimée du site de la chaine nationale, mais vite repostée sur les sites de partage de vidéo en ligne tels que Kau6.com.   
 

 
« Nous savons tous que les Philippines font partie intégrantes du territoire Chine, c'est un fait indiscutable a affirmé la présentatrice. » Des propos qui ont fait bondir Manille. Les appels  aux manifestations de ce vendredi ont ainsi été relayés auprès de tous les Philippins résidant à l’étranger.   
 

Côté chinois en revanche, les autorités préfèrent pour le moment tempérer le mécontentement affirmait ce matin sur son compte tweeter (image ci –dessus) la correspondante du Los Angeles Times à Pékin. Il y a plus de policiers et de journalistes que de manifestants autour de l’ambassade des Philippines précisait alors  Barbara Demick.  

C'est donc par écrans interposés, à la souris et au clavier, que le combat se poursuit. Le site de la PNA -Philippines News Agency-  a été piraté à plusieurs reprises fait savoir le site GMA News Online avec en illustration ci-dessous cette capture d'écran d'un drapeau de la République Populaire de Chine planté sur la home de l’agence officielle. Mais attention, les hackers philippins ne devraient pas être en reste et vont bientôt riposter prévient le Quotidien du peuple ce vendredi

 
 

Guerre des drapeaux

Mais avant les drapeaux, il y a eu les filets. Tout a commencé il y a un mois, quand le Gregorio Del Pilar, navire amiral de la marine philippine, a tenté d’appréhender douze bateaux de pêche chinois au large du récif de Scarborough. Deux navires de surveillance de la marine chinoise se sont alors interposés. Pékin a ensuite enfoncé le clou en dépêchant sur zone le Yuzheng-310, « navire de surveillance de pêche le plus avancé de Chine » selon le Quotidien du Peuple.  
 
Une manière de marquer son territoire. On l’a vu précédemment avec le Japon et la Corée du Sud, les pêcheurs chinois servent souvent de pions sur l’échiquier des mers de Chine. Les autorités chinoises continuent en effet de revendiquer la souveraineté de l’intégralité de la mer de Chine méridionale tandis que pour Manille, nous sommes là dans la "mer de l'ouest des Philippines" et ces hauts fonds font partie de la zone exclusive maritime des Philippines puisque le récif de Scarborough -Huangyan pour les chinois- se trouve à 140 milles nautiques à l’ouest de Luçon, la principale île de l’archipel philippin.
 
L'histoire n'est en réalité pas nouvelle. Les mers de Chine et particulièrement la mer de chine méridionale ont toujours été agitées ; ces îlots dépeuplés de civils mais truffés de bases militaires faisant l’objet d’escarmouches depuis des années entre les marines et les pêcheurs des pays voisins -Philippines, Vietnam, Malaisie et surtout la Chine-.
 
Le poids militaire de la RDPC est largement supérieur aux trois autres. Du coup, les pays du sud-est asiatique se rapprochent des Etats-Unis. Des exercices conjoints aux marines américaines et philippines ont eu lieu au début du mois et Manille a demandé l’aide de Washington le 10 avril dernier.
 
Retenez-moi où je fais un malheur ! "La vice-ministre des Affaires étrangères Fu Ying a répondu lundi que la Chine se préparait à ' répondre à toute escalade ', tout en se disant ' peu optimiste ' sur l'évolution de la situation » rapporte le Figaro
L’agence Chine Nouvelle explique pour sa part que Pékin s'apprête à braquer ses satellites avec des images en 3D sur plus de"4000 îles chinoises".

 

 

Quand ce ne sont pas les pêcheurs chinois, ce sont les journalistes qui s’y mettent ! Une bataille pour un bout de cailloux entouré d'eaux très poissonneuses et posé sur des fonds marins riches en hydrocarbures. Lorsque la mer est haute, Scarborough n’est en effet plus qu’un piton rocheux à peine émergé. C’est là que Zhang Fan, reporter à la télévision Dong Fang Weishi de Shanghai est venu mecredi planter son drapeau rouge lui aussi –vidéo ci-dessus-. Un geste patriotique surprenant pour un journalistique mais qui ne fait pas débat ici. La vidéo est rediffusée par de nombreux sites : « D'après les documents en notre possession affirme Zhang Fan, il y avait un drapeau chinois ici et une stèle qui marquait la souveraineté de la Chine. Maintenant que je suis sur le rocher, je peux voir clairement dit-il sur la vidéo, des traces d’explosifs. Le drapeau et la stèle ont disparu. Notre principale objectif d'aujourd'hui, c'est donc de remettre le drapeau chinois sur cette île de Huangyan »

 

 

Guerre de la banane

Les « patriotes » chinois se déchaînent sur la toile et tous les prétextes sont bons pour stigmatiser le gouvernement Philippin. « Le bureau de contrôle de la qualité des aliments va devoir renforcer ses inspections sur les fruits importés des Philippines, des vers ont été retrouvés dans les marchandises rapporte ainsi le site d’information 163.com» Résultat: des cargaisons entieres de bananes en provenance des Philippines menacent de pourrir dans les ports.
 
La critique est déclinée sur tous les tons... 
 
Agressif : "La Chine va envoyer un groupe de militaires prêts à sacrifier leur vie sur Huangyan" –Scarborough- fait savoir Zueyeben  (pseudo qui signifie « cahier d’exercice » en mandarin) 
 
 
La "Déesse du rocher" serait même disposée à jouer les kamikazes bonbonne de gaz au pied insiste Bei Feng un autre weibonautes répondant au pseudonyme de « vent du nord » (image ci-dessous).
 
 
 
 
 
L’humour : Zhao Keyi croit se souvenir d'une visite du Président des Philippines dans la Chine de Deng Xiaoping. Vraie ou inventée l'anecdote fait rire les weibonautes. « L’île Scarborough est très proche des Philippines et donc nous appartient » aurait alors affirmé le chef d’Etat Philippin à son homologue Chinois. Réponse de Deng : « Mais mon ami, vous savez aussi que les Philippines sont très proches de la Chine. »
 
 
 
 
"Tout cela est très bien, en même temps nous ne sommes pas prêt d’imiter les manifestants philippins" affirme Zhang Wei cette fois sur twitter (ci-dessus).  « Je viens de téléphoner à un ami qui travaille dans la police dit cet internaute chinois. Je lui ai demandé pourquoi le gouvernement chinois n’autorisait pas les manifestations contre le gouvernement Philippin ? Il m'a répondu : ‘T'es fou ! Les slogans et les banderoles pourraient se transformer rapidement en 'à bas les corrompus'. Ce serait catastrophique ! "
 
 Tasse à thé "Scarborough est à nous !" vendue sur l'internet chinois
 
 
Ce sursaut de fierté nationale, ces revendications territoriales, tombent en tous cas à point nommé alors que le Parti est englué dans les suites de l'affaire Bo Xilai et que le prochain congrès  pourrait être reculé d'un mois le temps de mettre tout le monde d'accord.
 
 

De l’eau dans le gaz

Il n’y a pas que des poissons dans les eaux de Scarborough. Selon les spécialistes, le potentiel en hydrocarbure des fonds marins de la zone est énorme.
 
►A lire sur le sujet...
 
Le second golfe Persique,  Le Monde du 18 août 2011 
 
La mer de Chine méridionale, une autoroute riche en hydrocarbures. AFP, 17 novembre 2011
  
Le début des opérations de forage offshore du Haiyangshiyou 981. China Daily mai 2012 
 
Mer de Chine : la stratégie chinoise du faut accompli Le Monde 12 mai 2012
 
BBC 13 mai 2012 Pékin: mais non c'est pas la guerre on vous dit !
 
Online News. Les pétroliers indiens reculent du "bloc 128"
 
Offbeat China.Confession d'une ancienne patriote : "La petite île de Huangyan est votre point G, le nationalisme est votre dose de Viagra, et sous l'influence des deux, l'orgasme est facile. Vous gémissez de joie, dénigrer ceux qui sont anti-guerre comme des traîtres".

Appel au boycott des produits chinois aux Philippines

Mardi 25 septembre 2012. Les travaux de fondation de la ville de Sansha démarrent dans l'archipel des spratley's (Nansha). La ville sera construit sur l'île de Yongxing, ce sera la ville la plus méridionale de Chine.