Complètement Kong

C’est la Chine qui devient riche et les Hongkongais qui sont jaloux disent les continentaux. Pourquoi les filles de Shenzhen viennent-elles accoucher chez nous répondent les habitants de la région administrative spéciale ? Le désamour et les noms d'oiseaux ont fini par déborder sur le web

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
De Pékin et d'un point de vue très français, la querelle ferait presque penser à la trilogie de la détestation « paris/banlieue/province » si toutefois cette animosité existe encore. Le régionalisme n’a rien de nouveau en Chine et c’est donc, au départ, d’un œil plutôt amusé que nous avons vu la dispute prendre de l’ampleur. Un presque rien a servi d'étincelle. Nous sommes dans le métro de Hongkong, une rixe éclate entre une touriste de Chine continentale et un résident de l’île. Ce dernier reproche à la voyageuse d’avoir laissé son enfant déjeuner dans la rame : « Ils mangent des nouilles frites et ils en mettent partout ! Vous savez bien que c’est interdit de manger dans le métro »
 

 
L'altercation a fait le tour du web. Les télévisions de la mégalopole du sud se sont penchées sur le sujet et l’incident est devenu quasi diplomatique sachant qu'un incident similaire s’était déjà produit le 8 janvier dernier. Cette fois nous sommes devant l'une des boutiques Dolce Gabana de HongKong. Un jeune homme cherche à prendre en photo sa petite amie devant la vitrine. Tellement chic, tellement choc aussi... Un gant se pose alors sur l’objectif ! Circulez, y a rien à voir ! La sécurité du magasin intervient et fait savoir que ce genre d'images est réservé aux continentaux et aux étrangers. La scène est filmée. Big scandale, là encore... Preuve que, décidemment, la vidéo intégrée sur les téléphones portables a tout changé. Une semaine plus tard la marque de luxe devra présenter ses excuses : « Nous n’avons pas l’intention d’offenser les citoyens de Hong-Kong ».  
 

Overdose de Chinois

 
Pourquoi tant de haine ? Il y a d’abord la pression démographique : 7 millions de Chinois habitent Hongkong, Un milliard quatre cent millions vivent sur le continent. Or depuis la rétrocession de l’île à la Chine en 1997, les continentaux ne cessent d’affluer. La Chine s’est enrichie ! On vient à Hongkong pour faire du shopping. Pour les marques de luxe, le calcul est vite fait ! Les filles qui achètent leurs sacs débarquent pour la plupart de Shenzhen, de Pékin ou de Shanghai. On y vient également pour accoucher. Même si depuis 2007 la municipalité a instauré des quotas dans les cliniques pour les femmes du continent, la carte de résident accordée aux enfants nés dans l’île continue d’attirer les foules.
 
La Chine qui vote intéresse aussi bien sûr les portefeuilles les plus fournis. Les placements immobiliers y sont plus sûrs, ce qui évidemment contribue à la flambée des prix et au mécontentement des locaux. Le titre du South China Morning Post est à ce titre évocateur : "Home-buying invasion to continue - Flat purchases by mainlanders expected to surge to a quarter of the total value of sales this years"
 

Si t'es fier d'être de Pékin tape dans tes mains !

 
Les réactions sont d'ailleurs toutes aussi passionnelles en face.  Des "salauds et des chiens"... En voilà un par exemple qui n’a pas digéré cette étude récente dans laquelle la plupart des sondés déclaraient se sentir Hongkongais avant d’être Chinois. Kong Qingdong est professeur à l'Université de Pékin. Renaud de Spens nous parlait de ses dérapages depuis un moment, maître Kong étant surtout connu pour être une mitrailleuse à injures. L'universitaire est invité sur les plateaux pour son nationalisme et son outrance, même si parfois comme dans la vidéo ci-dessous, la présentatrice n’en mène pas large. 
 
La mitrailleuse mitraille : « Les Chinois ont le devoir de parler le mandarin dit le professeur. Est-ce que les gens du Dongbei, du Sichuan, de Pékin et de Tianjin ne parlent que leur dialecte ? Quand on parle différents dialectes comment faire ? Et bien on doit tous parler le mandarin. Les gens qui font exprès de ne pas parler le mandarin, ce sont des salauds. Alors vous les Hongkongais, est-ce que vous êtes des Chinois ? D’après ce que j’ai entendu dire, beaucoup de Hongkongais ne se considèrent pas comme des Chinois. Ils disent tout le temps : ‘Nous les Hongkongais et vous les Chinois... ‘ Et bien ce sont des salauds. Vous êtes les  chiens des colonisateurs britanniques. Vous n’êtes pas des êtres humains. »
 
 

 

 

" Les Hongkongais ne font pas caca par terre "

Kong Qingdong ne fait pas dans la dentelle. Réplique immédiate des " chiens ", en chanson s’il vous plaît et dans un registre tout aussi spirituel 

 

Chanson Hongkongaise contre Kong Qingdong by Stéphane Lagarde

L'air est entrainant, le texte tout autant : «  Son corps ressemble à celui d’un  cochon, ses yeux à ceux d’un rat. Sa bouche empeste. Il est la tumeur maligne de la Chine. Un professeur voleur qui mange de l'huile frelatée ». Puis le refrain : « Oh, Kong Qingdong le chien ! Oh Kong Qingdong le chien ! Nous les Hongkongais on est des gens bien, on ne fait pas caca par terre etc., etc. ».

 

 

La campagne à Hong Kong n'arrange pas les choses. Une "association des habitants de HongKong" s'est payé une pleine page de pub (ci-contre) dans l'édition du quotidien Apple Daily du 1er février 2012. "Les Hongkongais en ont assez!", "cette ville se meurt" dit le texte. "L'association" a par ailleurs ouvert une page facebook et milite pour le renforcement des quotas -voir l'interdiction tout court- imposés aux femmes du continent qui souhaitent accoucher dans les hopitaux de la région administrative spéciale. L'afiche est sans nuance: Les Chinois sont vus ici comme des insctes voraces, tel ce criquet géant sur le point de dévorer la baie de Hong Kong et ses habitants.

 

 

 

1 Commentaires

Merci pour cet excellent post (malheureusement) universel...a croire qu'on est toujours le Kong d'un autre... Ce Kong qui ose tout et c'est a ca qu on le reconnait aurait dit Audiard...