Les nouveaux déplacés du Yangtsé

Trois jours dans la province du Hubei font comprendre à quel point la Chine est le pays des grandes migrations. La pression des 40 milliards de mètres cube d'eau du bassin des Trois Gorges entraine des glissements de terrain. Les « relogés » du barrage doivent à nouveau faire leurs valises. Récit en images de ce trop court voyage sur les berges du plus grand fleuve d’Asie…

 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

On ne peut pas dire qu'un aller-retour en train dans le Hubei soit la meilleure façon d'échapper à la grisaille de l’été pékinois. Les montagnes des Trois Gorges baignent dans le Yangtsé et la région est régulièrement plongée dans le brouillard. Nous avons ainsi passé les deux tiers du temps à déviner les paysages et ces peintures classiques que les Chinois appellent Shanshui 山水 (montagne et eau).
 
"La nature est un temple où de vivants pilliers, laissent parfois sortir de confuses paroles" écrivait Baudelaire. Pour que le tableau soit un peu moins brumeux ou en tous cas plus lisible, les calligraphies traditionnelles sont ici transposées à même la roche (voir image ci-dessus). Une touche de verdure, quelques habitations fragiles accrochées aux rochers, un soleil dilué dans la vapeur de nuages indélébiles et le fleuve impassible en contrebas pour compléter le décor : Ici au moins, on respire !
 

Allez hop, en voiture !

Grande bouffée d'air frais et grande bouffée de Chine. Comme souvent dans les provinces chinoises, nous rencontrons des gens touchants et surpris de voir des étrangers s'intéresser à leur histoire.
 
Après le train, la route... Anqi jette un oeil sur l'itinéraire et c'est Philippe qui conduit. Notre camarade de Libé prépare une grande double page sur les migrations de population en Chine. A ne pas manquer donc dans le cahier été de Libération.
  
En attendant, à la Radio il y avait donc ce mercredi 27 juin 2012 un reportage sur les nouveaux déplacés du district de Badong.

Les nouveaux déplacés du Yangsté RFI 27.06.2012

 

Pour le reste, nous avons petit-déjeuné épicé, déjeuné épicé et dîné épicé autour d’un verre de « Chero » (la bière la moins chère du coin). Nous avons pu vérifier que le « fleuve bleu » était bien marron. Nous avons constaté qu'il était quasi impossible de mettre la main sur une carte routière de la région.
 
  

Zorilles dans la brume

Nous avons vu ensuite des peaux de renard accrochées sous les auvents des maisons paysannes, probablement pour dissuader les oiseaux de s'approcher des salades. Nous avons été séduit par la beauté simple des fermes en pisé des Miao et des Tujia perchées dans les montagnes. Et puis, on s'est rendu compte qu'en vrai le barrage des Trois Gorges était beaucoup moins impressionnant que les déplacements de population qu'il a provoqué. Fondu dans l'immensité du paysage, le monstre de béton nous a semblé tout riquiqui.
 
Après ça, nous avons assisté au fameux festival des "bateaux dragons". La fête millénaire "Duan Wu Jie" est née dans la région mais depuis son entrée dans la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité en 2009, elle ne cesse de faire des petits et court désormais tout le long du fleuve. Il y a même une fête des batons dragons à Hongkong ! Enfin à Huangtupo -littéralement "la pente de la terre jaune"-, nous avons rebaptisé le chat du croquemort -cf reportage rfi- : David Bowie ! Oui, on a fait un chouette voyage dans le Hubei.
 

 
 
 
Mercredi 22 août 2012 Thousands being moved from China's Three Gorges - again titre l'agence Reuters : "La Chine a déplacé 1,3 millions de personnes au cours des 17 années qu'il a fallu pour terminer le barrage des Trois Gorges. Mais à la fin de ce projet le mois dernier qui a coûté d59 milliards de dollars, la menace de glissements de terrain le long des rives du barrage va forcer des dizaines de milliers de personnes à se déplacer à nouveau.
 
Bien que les habitants soient peu nombreux à protester parmi ceux qui seront déplacés une deuxième fois, les conséquences sont devenues un enjeu brûlant avant une  transition à la tête du pouvoir cette année.

« Si le gouvernement dit que vous devez vous déplacer, vous vous déplacez », a déclaré Shuai Linxiang, une femme de 57 ans parmi les 20.000 personnes à devoir quitter Huangtupo, où ils ont été réinstallés en 1998. "On ne peut pas s'y opposer."

Le barrage des Trois Gorges a été achevé en juillet dernier, quand l'installation a atteint sa pleine capacité (22,5 gigawatts), plus que suffisant pour pourvoir au besoin en électricité du Pakistan ou de la Suisse." (Reuters 22.08.2012)